Les contributions

Les contributions seront partiellement individuelles et laissées au choix des étudiants, et partiellement collectives afin de pouvoir constituer des communautés contributrices locales, capables d’acquérir et de se transmettre des connaissances sur certains projets d’intérêt particulier, et notamment d’arriver à une maîtrise collective suffisante de la base de code de ces projets pour espérer produire un jour des contributions de haut niveau.

Ces contributions sont surtout à attendre à partir du mois de janvier, quand les étudiants de première année auront été suffisamment formés (par les cours d’algorithmique et de programmation généraux, et par les cours spécifiques liés au projet) pour être efficaces. Les trois premiers mois, ils alterneront entre les cours théoriques sur les enjeux du libre et la contribution non-technique (par exemple à des projets tels que Wikipédia, OpenStreetMap, etc.).

Le projet Common Voice porté par la fondation Mozilla étant très prometteur pour l’accès des populations non alphabétisées aux outils informatiques, l’IST le présentera à ses contributeurs et les aidera à y participer. En attendant que l’infrastructure (notamment la base de textes) soit disponible pour les langues nationales (notamment Mooré, Bamanan, Pulaar, etc.), les étudiants pourront déjà contribuer au Common Voice francophone, afin que les assistants vocaux libres développés à partir de cette base soient également capables d’interpréter les accents ouest-africains.

L’introduction à la contribution, souvent l’étape la plus délicate, pourra bénéficier des ressources mises à la disposition de tous par Framasoft et ses partenaires pour les Contribateliers, soit directement en participant à des Contribateliers en ligne, soit en utilisant ces ressources pour découvrir des projets auxquel contriuber, soit éventuellement en organisant des Contribateliers à l’IST.

L’équipe enseignante de l’IST travaille actuellement à établir la liste de projets libres qu’ils proposeront à la contribution aux participants à ce projet, et à préparer les premières contributions (« issues ») à traiter pour l’initiation à la contribution des étudiants en fonction des connaissances présentées en cours. Ceci s’effectue notamment grâce aux ressources regroupées sur https://opensource.guide/how-to-contribute/ (qui liste des listes de propositions de premières contributions faciles à traiter par des débutants afin de permettre une « mise à l’étrier » plus aisée et encourageante).

Retour à l'accueil

^